Ce site se présente au format 'paysage', merci de tourner votre tablette.

RE-CYCLAGES : une exposition qui sublime la valorisation des déchets

RE-CYCLAGES : une exposition qui sublime la valorisation des déchets

Du 26 août au 6 septembre 2015, le recyclage est à l’honneur dans une très belle expo photo à Paris.

Figuration ou abstraction ? C’est la question que l’on se pose en voyant les étonnantes photographies de l’artiste Alain Fouray.
 
Pour réaliser ces clichés, point de trucage pourtant ! Sa démarche de photographe s’est rapprochée au maximum du réel. Depuis plus de deux ans, il a parcouru et photographié les sites de recyclage en France en s’attachant à traduire l’exact reflet de la réalité.
 
Plusieurs filières se sont prêtées à l’exercice, notamment les piles, les médicaments non utilisés, les déchets ménagers dangereux (comme les produits d’entretien ou les produits chimiques par exemple), mais aussi bien sûr la filière des textiles, du linge de maison et des chaussures.
 
Le résultat, c’est une extraordinaire banque d’images sur les différentes filières de recyclage et une magnifique exposition. De quoi nous faire réfléchir sur l’importance de la valorisation des déchets !
 
L’exposition est gratuite. On vous invite à la découvrir et à nous dire ce que vous en avez pensé ! Elle se tiendra à l’Orangerie du Sénat du 26 août au 6 septembre (Jardin du Luxembourg - 19bis rue de Vaugirard, Paris 6e - accès par la porte Férou). Ouverture tous les jours de 11 heures à 19 heures 30.
 
Vous aussi, vous pouvez contribuer au recyclage des textiles, du linge de maison et des chaussures, en déposant ceux que vous n’utilisez plus dans l’un des 36 000 points de collecte (www.lafibredutri.fr/carto) !

Crédit photo: Alain Fouray
Lire la suite

Résultat de la recherche

août / 2015
Verkor : les premières chaussures de skate made in France et éco-conçues !

Verkor : les premières chaussures de skate made in France et éco-conçues !

Cette semaine, on vous présente la nouvelle marque de chaussures de skate Verkor. Designer de formation et fan de skate, Fabien Ternay, 36 ans, a dé...

Cette semaine, on vous présente la nouvelle marque de chaussures de skate Verkor. Designer de formation et fan de skate, Fabien Ternay, 36 ans, a décidé de créer cette marque de chaussures unique en son genre. Pourquoi aimons-nous particulièrement Verkor ?
 
D’abord, parce que Verkor est une marque 100 % made in France. Tous les modèles Verkor sont élaborés en région Rhône-Alpes, de leur conception à leur fabrication. Chaque paire est dessinée à Grenoble, avant d’être minutieusement façonnée dans un atelier à Romans-sur-Isère.
 
Ensuite, parce que les chaussures Verkor sont éco-conçues. Concrètement, qu’est-ce que cela signifie ? Verkor choisit des matériaux qui ont le moins d’impact possible sur l’environnement, tout en respectant des impératifs techniques et de qualité. Ainsi, 80 % des composants des chaussures Verkor sont recyclés. Le choix d’une fabrication française est aussi une manière d’aller plus loin du côté environnemental, car les normes françaises en la matière sont des plus strictes au monde.
 
Last, but not least : les chaussures Verkor sont super stylées. Elles séduiront le public le plus exigeant ! Conquis par leur concept et leur design ? Allez faire un tour sur le site de Verkor pour découvrir la collection.
 
Et n’oubliez pas : si vous voulez vous débarrasser de vos vieilles chaussures, vous pouvez les déposer dans l’un des 36 000 points d’apport volontaire de la filière. Elle seront portées à nouveau ou recyclées !
Lire la suite
août / 2015
Une matière première textile qui va faire un tabac : les mégots de cigarettes !

Une matière première textile qui va faire un tabac : les mégots de cigarettes !

Avec sa marque Mantis, la styliste chilienne Alexandra Guerrero fabrique des pulls, des robes et des ponchos en utilisant comme matière première...

Avec sa marque Mantis, la styliste chilienne Alexandra Guerrero fabrique des pulls, des robes et des ponchos en utilisant comme matière première… des filtres de cigarettes.
 
Une vraie idée de génie sur le plan écologique ! Les filtres de cigarettes constituent en effet une bonne alternative, alors que l’approvisionnement en coton, par exemple, pose de nombreuses questions pour l’environnement. Avec son idée, Alexandra Guerrero offre aussi un débouché à des déchets qui se dégradent très lentement en milieu naturel (il faut 12 ans en moyenne pour que les mégots disparaissent !). Enfin, avec cette matière première, pas de risque de pénurie : 4 300 milliards de mégots sont jetés dans les rues chaque année dans le monde !
 
Vous êtes intrigués ? Pas de panique : ces vêtements décalés et éco-responsables n’ont pas l’odeur de cigarette froide et ne représentent aucun danger pour la peau. Une fois récoltés, les filtres des mégots sont stérilisés à deux reprises, lavés séchés. Les filtres sont ensuite déchirés, filés avec de la laine naturelle puis tricotés. Ils entrent pour 10 % dans la composition du vêtement final. Environ 100 mégots sont nécessaires pour la conception de chaque pièce.
 
Alexandra Guerrero espère séduire le grand public et la filière textile avec son idée. Son objectif : développer une fabrication industrielle de cette nouvelle matière première. Lorsque l’on sait qu’en France, 45 milliards de cigarettes sont vendues chaque année, ce type de projet devrait susciter des vocations !
 
Et vous, seriez-vous prêts à porter des vêtements en filtres de cigarettes ?
Lire la suite
août / 2015
Des villes miniatures fabriquées avec des vieux vêtements !

Des villes miniatures fabriquées avec des vieux vêtements !

Cette semaine, nous faisons une incursion dans le monde de l’art… car les artistes aussi ont la fibre du tri. Et lorsqu’ils s’emparent des...

Cette semaine, nous faisons une incursion dans le monde de l’art… car les artistes aussi ont la fibre du tri. Et lorsqu’ils s’emparent des vieux vêtements, le résultat peut être très emballant !
 
Pour son projet « Portable Cities » (villes portatives), l’artiste chinoise Yin Xiuzhen a récupéré des vêtements portés par les habitants des villes qu’elle a visitées lors de ses voyages. Elle les a ensuite utilisés comme matériaux pour créer des villes miniatures à l’intérieur de valises. Les rues, bâtiments, fleuves et monuments de Paris, Berlin, Pékin ou New-York sont recréés à partir de collants, d’écharpes, de chaussettes ou de t-shirts… pour un voyage empreint d’une grande poésie !
 
À une époque où beaucoup de gens voyagent et se sentent chez eux partout et nulle part, le projet de Yin Xiuzhen illustre aussi l'idée d'avoir toute sa vie “dans une seule valise”, et nous interroge sur la perte progressive des identités et cultures locales.
 
Pour découvrir les villes portatives de Yin Xiuzhen, c’est par ici.
 
Et bien sûr, retrouvez toutes les astuces et consignes pour bien trier vos vêtements sur la fibre du tri !
Lire la suite
juillet / 2015
Aujourd’hui, on apprend à fabriquer un sac à pain avec de vieux vêtements !

Aujourd’hui, on apprend à fabriquer un sac à pain avec de vieux vêtements !

Pour conserver le pain frais le plus longtemps possible, rien de tel que le tissu. Et si vous fabriquiez vous-même un joli sac à pain avec du tissu que...

Pour conserver le pain frais le plus longtemps possible, rien de tel que le tissu. Et si vous fabriquiez vous-même un joli sac à pain avec du tissu que vous n’utilisez plus ? Vous aurez alors un objet utile et écologique à double titre : vous jetterez moins de pain à la poubelle puisque vous le conserverez plus longtemps ; vous limiterez aussi vos déchets textiles en donnant une seconde vie à vos vêtements.
 
Le tutoriel que nous avons trouvé utilise un pantacourt usé. Mais vous pouvez transformer tout autre vêtement, de préférence en lin, et en évitant le jersey de coton, qui aura tendance à se déformer. Munissez-vous également d’un ruban pour la fermeture coulissante du sac.
 
Il vous faudra aussi : une paire de ciseaux, un stylo, une règle et/ou un mètre, du ruban et une épingle à nourrice. Vous pouvez coudre votre sac à l’aide d’une machine ou à la main.
 
Toutes les étapes de fabrication sont détaillées sur le blog « La vie simple de Mimi ». À vous de jouer maintenant !
 
Et n’oubliez pas : s’il vous reste des vêtements, linge de maison et chaussures en bon état ou usés que vous ne désirez pas transformer, vous pouvez les déposer dans l’un des 36 000 points de collecte de la filière.

Photo: La vie simple de Mimi.
Lire la suite
juillet / 2015
Le cuir de poisson, vous connaissez ?

Le cuir de poisson, vous connaissez ?

À la Fibre du tri, nous aimons les matières innovantes et éco-responsables, surtout lorsqu’en plus elles sont originales. Notre attention...

À la Fibre du tri, nous aimons les matières innovantes et éco-responsables, surtout lorsqu’en plus elles sont originales. Notre attention a donc tout naturellement été attirée par ce nouveau projet de production française de cuir… en peau de poisson.
 
Le cuir de poisson n’est pas nouveau. Il s’agit d’une technique ancestrale, originaire de Laponie. Grâce à Monique et Marielle Philip, mère et fille, toutes deux animées d'une passion commune pour la mer, cette matière refait son apparition dans notre quotidien ! Elles ont créé ensemble Femer, une marque de tannerie de peaux marines. Femer est une entreprise éco-responsable et locale, qui permet à l’industrie de la mode de diversifier ses fournisseurs et ses matières.
 
C’est lors d’un voyage en Laponie que Monique tombe amoureuse du produit et de sa texture à nulle autre pareille. Sa fille Marielle, qui a fait des études de droit de l'environnement et de gestion des littoraux et des mers, se met immédiatement au travail pour créer un circuit d'économie circulaire valorisant les peaux des poissons de nos côtes, destinées à être jetées, en un cuir de qualité. Grâce à un soutien européen, une cellule expérimentale permet d’adapter le process lapon aux variétés de poissons que l’on trouve en Aquitaine et dans le Bassin d’Arcachon.

Monique et Marielle sont portées par des aspirations complémentaires : la mère veut promouvoir une nouvelle matière première éco-responsable à destination de l'industrie du cuir, du textile et de la mode ; la fille souhaite créer des emplois locaux et non délocalisables. Ce qui nous donne un très beau projet d’économie circulaire !
 
Le résultat ? Les cuirs de poisson proposés par Femer ont des textures très variées en fonction des espèces. Ils ont comme points communs la résistance et la facilité d’entretien. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ils n’ont pas d’odeur autre que celle d’un cuir classique.
 
Si, comme nous, vous êtes intrigués par le concept, allez découvrir par vous-mêmes les grains et textures sur le site de Femer !
Lire la suite
juillet / 2015
Avec Tangible Studio, le feutre est à l’honneur !

Avec Tangible Studio, le feutre est à l’honneur !

La marque Tangible Studio a développé une nouvelle sorte de textile non tissé. Ses feutres sont composés exclusivement de fibres de...

La marque Tangible Studio a développé une nouvelle sorte de textile non tissé. Ses feutres sont composés exclusivement de fibres de vieux vêtements recyclées. Ils existent dans une large gamme de couleurs, sans faire appel au moindre processus de teinture.

En général, les textiles non tissés, fabriqués à partir de déchets textiles, ont une apparence irrégulière et grossière. Ces feutres dits « industriels » sont la plupart du temps utilisés comme isolants phoniques ou thermiques. Ils sont invisibles puisqu’ils sont placés dans les parois murales ou sous les planchers. On les glisse aussi parfois sous nos lave-linges, pour absorber les vibrations du moteur. Dans toutes ces utilisations, le côté esthétique ne joue aucun rôle.

Tangible Studio est parti de cette question : pourquoi ne pas prévoir de nouveaux débouchés pour ces textiles recyclés, et en faire une matière première noble ?  Tout en tirant parti de leurs propriétés acoustiques exceptionnelles, l’idée est d’utiliser les feutres industriels comme des éléments de design, par exemple comme des revêtements muraux, des rideaux ou encore des paravents dans les plateaux des bureaux.  

Les feutres de Tangible Studio conjuguent ainsi des qualités acoustiques, esthétiques et éco-responsables. Et nous, à La Fibre du Tri, nous aimons beaucoup cette nouvelle façon d’utiliser le feutre !
Lire la suite
juillet / 2015
Partagez la mode avec Iconity !

Partagez la mode avec Iconity !

Si vous aussi vous en avez marre que vos armoires débordent de vêtements et d’accessoires, marre de ne jamais savoir quoi mettre pour une...

Si vous aussi vous en avez marre que vos armoires débordent de vêtements et d’accessoires, marre de ne jamais savoir quoi mettre pour une occasion, marre de culpabiliser en achetant une tenue pour ne la porter qu’une seule fois, alors Iconity est fait pour vous !

Iconity, c’est une plateforme en ligne qui vous permet de mettre en location vos vêtements et accessoires. Le principe est très simple. Vous avez des sacs, des vêtements et des accessoires qui attendent depuis des mois, voire des années, dans vos armoires. Vous avez besoin d’un coup de pouce dans votre budget, mais vous n’avez pas envie de vous séparer de vos plus belles pièces.

Iconity vous offre la possibilité de mettre en location vos vêtements ou accessoires de mode. Vous touchez 80 % du montant de chaque location, et vous êtes libre de fixer le prix et les périodes de location qui vous conviennent.La transaction est sécurisée, une caution est demandée à chaque locataire pour garantir que vos articles soient restitués en bon état. Et si finalement vous décidez de vendre vos articles, c’est aussi possible. Que demander de plus ?

Avec Iconity, rien de plus simple que de changer de look facilement, de porter de temps en temps des pièces de luxe, de tester des tenues plus originales, tout en s’inscrivant dans l’économie du partage !
 
Alors, n’attendez plus, rendez vous sur le site d'Iconity !

Et si vos vêtements sont trop usés pour être portés, n'oubliez pas que vous pouvez les recycler en les déposant dans l'un des 36 000 points d'apport volontaire, recensés sur notre site !
Lire la suite
juillet / 2015
Les écoliers de Champagne ont la fibre du tri !

Les écoliers de Champagne ont la fibre du tri !

L’idée a germé à l’occasion de la semaine européenne du développement durable, qui a eu lieu du 30 mai au 5 juin...

L’idée a germé à l’occasion de la semaine européenne du développement durable, qui a eu lieu du 30 mai au 5 juin 2015. Dans le cadre de son programme local de prévention des déchets, la Communauté de Communes Epernay-Pays de Champagne a proposé aux jeunes des écoles de son territoire de promouvoir la collecte et le réemploi des textiles, du linge de maison et des chaussures (TLC) auprès du grand public.

Pas moins de 90 jeunes, âgés de 6 à 20 ans, se sont engagés dans une grande campagne de communication participative, en réalisant 13 affiches. Leurs productions ont été exposées à l’Hôtel de la Communauté de Communes pendant la semaine européenne du développement durable. Elles ont ensuite fait partie d’une exposition itinérante, présentée dans les écoles participantes jusqu’à la fin de l’année scolaire. Cette exposition a été l’occasion pour les enfants de valoriser leur travail auprès de leurs camarades et de leurs parents.

Bravo à tous les écoliers participants pour leur action, qui a contribué à valoriser le recyclage des textiles, du linge de maison et des chaussures !

Vous aussi, ayez la fibre du tri !
Lire la suite
juin / 2015
Zoom sur le lin, une matière éco-responsable

Zoom sur le lin, une matière éco-responsable

Si vous êtes attentifs aux étiquettes de vos vêtements et que vous faites en sorte d’acheter des matières durables, inté...

Si vous êtes attentifs aux étiquettes de vos vêtements et que vous faites en sorte d’acheter des matières durables, intéressez-vous au lin.
 
Porter du lin, c’est d’abord privilégier une matière première produite localement. En effet, c’est un fait peu connu, mais la France est de loin le premier pays producteur de lin, avec 50 % à 70 % de la récolte mondiale. Suivent la Belgique et les Pays‑Bas. Ces trois pays produisent en moyenne 110 000 tonnes de lin par an. La filière du lin représente aujourd'hui 12 000 emplois directs, rien qu’en France.
 
Porter du lin, c’est aussi préserver l’environnement. Si la culture du lin est assez exigeante au niveau du climat (il lui faut un peu d’eau et de chaleur, mais pas trop, un savant dosage qui caractérise ses régions de culture en Europe), elle nécessite peu de produits chimiques et beaucoup moins d’eau que la culture de coton. Comme en témoigne notre illustration, la production d’une chemise en lin nécessitera l’équivalent de 13 bouteilles d’eau en moins que la production de la même chemise en coton.
 
Enfin, le lin est tendance. S’il a longtemps eu la réputation de se froisser trop facilement, il est aujourd'hui à l’honneur chez de nombreux grands noms de l’habillement !
 
Alors, pour les soldes d’été, pensez au lin !
Lire la suite
juin / 2015
Direction Bruxelles, pour s’habiller durable et tendance !

Direction Bruxelles, pour s’habiller durable et tendance !

Le mouvement Fashion Shift Now (littéralement : un tournant dans la mode maintenant) part du constat suivant : les consommateurs sont de plus...

Le mouvement Fashion Shift Now (littéralement : un tournant dans la mode maintenant) part du constat suivant : les consommateurs sont de plus en plus conscients des problèmes liés à l’industrie de la mode, mais ils n’en changent pas pour autant leurs habitudes. Il faut dire que la mode de seconde main souffre encore de nombreux stéréotypes. S’habiller tendance avec de vieux vêtements ou des vêtements recyclés relèverait de la mission impossible… C’est tout le contraire que les Bruxelloises Lara et Emilie démontrent avec leur démarche. Convaincues que l’on peut être tendance et préserver l’environnement en même temps, elles poursuivent deux objectifs :

- Nous faire découvrir les nombreuses alternatives durables à la surconsommation et au gaspillage de vêtements (achat ou vente en seconde main, location de vêtements, customisation, réparation échange, tri, etc.) ;
- Aider le mouvement de la slow fashion à se faire connaître.

La slow fashion (littéralement : la mode lente), se veut responsable et durable. La slow fashion c’est consommer mieux tout en étant stylé. La démarche consiste également pour le consommateur à acheter moins, mais des produits de meilleure qualité. C’est une mode qui tient compte des critères suivants :

- L’usage de matériaux certifiés biologiques, écologiques ou recyclés ;
- Une utilisation d’eau minimisée ;
- La minimisation des déchets et l’optimisation des ressources comme l'électricité et le carburant ;
- L'absence ou la minimisation des agents de blanchiment, colorants toxiques et autres produits chimiques ;
- La traçabilité tout au long de la chaîne d'approvisionnement des produits, en ce qui concerne l'origine des matières, le cycle de production et le traitement des animaux ;
- Le respect de pratiques de commerce équitable pour les producteurs et les travailleurs, à toutes les étapes de la production, de la création à l'achat.

Il existe actuellement une multitude d’initiatives qui répondent à ces exigences. Elles sont toutes recensées sur le site de Fashion Shift Now.

Pour vous aider à vous habiller responsable, Lara et Emilie vous proposent également divers challenges. Si vous souhaitez y participer, rendez-vous ici !
 
Alors, si vous vous mettiez à la slow fashion vous aussi ?
Lire la suite
juin / 2015
Retour sur la Semaine du Développement Durable, désormais européenne !

Retour sur la Semaine du Développement Durable, désormais européenne !

La Semaine Européenne du Développement Durable s’est achevée le 5 juin. Cette année encore, cette semaine a mobilisé un tr...

La Semaine Européenne du Développement Durable s’est achevée le 5 juin. Cette année encore, cette semaine a mobilisé un très grand nombre de participants, preuve que le développement durable, c’est avant tout des initiatives concrètes de terrain ! Collectivités, associations, entreprises, administrations, établissements d’enseignement, centres de recherche, établissements publics, musées, fondations, organismes de gestion : tous ces acteurs ont répondu présent. En Europe, on a recensé 3 956 initiatives à travers 29 pays, dont 55 % de projets français !
 
Parmi les manifestations qui ont retenu notre attention, citons bien sûr celles ont mis l’accent sur la réduction des déchets. Au cours de la semaine, il a souvent été question d’idées et astuces pour donner une seconde vie aux objets dont on ne se sert plus. Et les vêtements en ont bien sûr fait partie.
 
Nous avons notamment flashé sur ce défilé de mode de créations couture 100 % récup', organisé dans les locaux de la Région Guyane par l'association Ne Plus Jeter. Comme le montre notre photo, le défilé a en particulier présenté une très belle robe fabriquée à partir de pièces de jeans usés. Les vêtements de la collection, tous confectionnés à partir de vêtements de seconde main, ont également été exposés par l’association Ne Plus Jeter.
 
Bravo à tous ceux qui font du développement durable une réalité au quotidien, et rendez-vous l’année prochaine, pour une nouvelle semaine de découvertes et d’événements !
Lire la suite
juin / 2015
OWL: quand créativité et recyclage s’invitent dans l’univers de l’outdoor et du surf

OWL: quand créativité et recyclage s’invitent dans l’univers de l’outdoor et du...

Des housses d’ordinateurs, des trousses et autres petits accessoires de bagagerie fabriqués avec d’anciens anoraks ou coupe-vent ? C’...

Des housses d’ordinateurs, des trousses et autres petits accessoires de bagagerie fabriqués avec d’anciens anoraks ou coupe-vent ? C’est possible, grâce à OWL (Outdoor Waste Lab : littéralement : le labo des déchets des activités de plein air). Derrière cet acronyme se cache un groupement d’acteurs basés en Haute-Savoie : un atelier d’éco-design, Woodstock Création, la styliste Claire Alvernhe et l’Agence AIR (Agence Innovation Responsable), spécialisée dans le développement durable.
 
Les produits OWL sont le résultat du recyclage créatif de vêtements issus des univers de l’outdoor et du surf. Ils sont uniques et entièrement confectionnés en Haute-Savoie, au pied du Mont-Blanc, par une entreprise d’insertion.
 
Pour fabriquer ses accessoires, le collectif OWL utilise les retours clients, les prototypes, les troisièmes choix des collections ou encore les vêtements non réparables. Récupérés directement auprès des fabricants, ces "déchets" deviennent de précieuses ressources. Trois marques incontournables de l’ outdoor sont déjà séduites par le concept : Millet, Patagonia et Picture Organic Clothing.
 
Souhaitons longue vie à ce projet respectueux de l’environnement et créateur d’emplois !
 
Pour en savoir plus, allez donc visiter le site de OWL !
Lire la suite
mai / 2015
Messieurs, soyez des « Gentle men », partagez vos vêtements grâce au Gentle Dressing !

Messieurs, soyez des « Gentle men », partagez vos vêtements grâce au Gentle...

La marque La Gentle Factory a lancé, fin avril, le Gentle Dressing, première plateforme collaborative de mode masculine. C’est une solution...

La marque La Gentle Factory a lancé, fin avril, le Gentle Dressing, première plateforme collaborative de mode masculine. C’est une solution simple pour les hommes qui aiment faire du shopping et rester à la mode, mais qui se préoccupent de la planète et refusent de jeter les vêtements qu’ils ne portent plus.

Avec cette plateforme, vous avez trois possibilités pour donner une seconde vie à vos vêtements : l’échange, la location, ou la vente d’occasion. À vous de choisir en fonction de vos besoins. Séduits par le concept ? Il ne vous reste plus qu’à vous inscrire sur le site de la Gentle Factory.
 
Une fois inscrit sur le Gentle Dressing, il vous suffira de préciser votre recherche et votre localisation pour voir tout ce que la communauté des « Gentle Men » vous propose. Mais trêve de discours, voyons en image comment ça fonctionne, avec cette petite vidéo.

Vous l'aurez compris, le Gentle Dressing vous permet d’étoffer votre garde-robe sans vous ruiner, tout en préservant l’environnement, puisque vous ne jetez plus vos vêtements !
 
Et n’oubliez pas : pour vos vêtements trop usés pour être portés à nouveau, ou pour ceux qui n’ont pas trouvé preneur sur la plateforme, vous pouvez toujours les déposer dans l’un des 35 000 points d’apport volontaires partout en France !
Lire la suite
mai / 2015
Les futurs professionnels de la mode ont la fibre du tri !

Les futurs professionnels de la mode ont la fibre du tri !

Un film court sur le bac professionnel « Métiers de la mode » du lycée Marie Laurencin sera diffusé lors de la Semaine...

Un film court sur le bac professionnel « Métiers de la mode » du lycée Marie Laurencin sera diffusé lors de la Semaine Européenne du Développement Durable, en novembre 2015. Il a été réalisé par les élèves du lycée de l’audiovisuel Evariste Gallois de Noisy-le-Grand dans le cadre du programme Jeunes reporters pour l’environnement.
 
Le reportage nous montre le défilé de mode de fin d’études, réalisé par les élèves avec des matières variées, et surtout recyclées. On y découvre des pièces créatives et tendance, fabriquées à partir de vêtements recyclés ou de matières diverses, comme le papier ou le plastique. Notre coup de cœur : la robe asymétrique fabriquée à partir de cravates assemblées. Un bel exemple de recyclage !
 
Ce défilé est le fruit d’un travail de trois années, au cours desquelles les élèves de ce bac pro ont appris à réaliser un vêtement de A à Z, depuis l’élaboration des prototypes jusqu’à la conception, en passant par toutes les étapes de la production. Les élèves apprennent les processus industriels, mais également la haute qualité et l’artisanat d’art.
 
Tout au long de leur formation, les jeunes sont sensibilisés au développement durable, à l’éco-conception et au recyclage des textiles. Ils acquièrent ainsi le réflexe du tri, pour l’adopter plus tard dans leur métier.
 
Un travail est mené en concertation avec les acteurs de la filière du textile pour trouver des débouchés pour ces jeunes. Parce qu’ils sont les professionnels de demain : l’enjeu est de taille ! Une fois leur diplôme en poche, ces jeunes sont amenés à être les acteurs d’une mode plus durable, plus respectueuse de l’environnement !
 
Pour visionner ce reportage de 5 minutes, cliquez sur ce lien !
Lire la suite
mai / 2015
Zoom sur les fibres textiles !

Zoom sur les fibres textiles !

Vous vous souvenez du Fashion Revolution Day (Jour de Révolution dans la Mode), qui a eu lieu le 24 avril dernier ? Il invitait les consommateurs...

Vous vous souvenez du Fashion Revolution Day (Jour de Révolution dans la Mode), qui a eu lieu le 24 avril dernier ? Il invitait les consommateurs à s’interroger sur la provenance et les conditions de fabrication de leurs vêtements, afin de faire des achats plus responsables.
 
Dans la même optique, le blog « My Happy Wardrobe » (ma garde robe heureuse) s’est intéressé récemment à la production des textiles. Son auteur, une fan de mode de 24 ans, a recensé les différents types de fibres textiles, pour nous aider à nous y retrouver lorsque nous faisons du shopping. Sans prétendre à l’exhaustivité, son travail apporte de la clarté face à la grande variété de matières et textures de nos vêtements. Il nous permet aussi de mieux comprendre les étiquettes de nos vêtements.
 
L’infographie distingue six grandes familles de fibres textiles :
 
- Les fibres végétales, issues du coton ou du lin par exemple ;
- Les fibres animales, comme la laine issue des poils de mouton ;
- Les fibres artificielles, comme la cellulose, fabriquée à partir du bois ;
- Les fibres synthétiques, comme l’acrylique ;
- Les fibres minérales, issues de minerais comme le carbone ou le verre ;
- Les peaux, c'est-à-dire les cuirs et les fourrures.
 
Ce classement permet d’avoir une vision globale des textiles. A vous de jouer si vous souhaitez en savoir plus sur chaque catégorie !
 
Ayons le réflexe de lire les étiquettes de nos vêtements, pour une mode plus responsable !
 
Illustration : myhappywardrobe.com
Lire la suite
mai / 2015
Recyclage des textiles et des chaussures : participez à un concours de tutoriels !

Recyclage des textiles et des chaussures : participez à un concours de...

Vous le savez, à La Fibre du Tri, nous aimons les tutoriels et la créativité. C’est pourquoi nous aimons le principe de ce concours...

Vous le savez, à La Fibre du Tri, nous aimons les tutoriels et la créativité. C’est pourquoi nous aimons le principe de ce concours organisé par la Communauté de Communes Epernay et Pays de Champagne (CCEP).
 
Il s’agit pour vous de réaliser un tutoriel de moins de trois minutes expliquant comment transformer ou réutiliser du textile, du linge de maison, des chaussures ou de la petite maroquinerie.
 
Les possibilités sont très larges, donc laissez libre cours à votre créativité ! Votre tutoriel devra démontrer qu’il est possible de donner une seconde vie à ses vêtements usagés grâce à la réparation, au troc, au don, à la customisation, à la vente et l’achat d’occasion ou au dépôt dans l’un des 35 000 points d’apport volontaire de France. 
 
Vous devrez ensuite poster votre vidéo sur votre page Facebook, dans une publication ouverte au public, accompagné du hastag #tutotri. Le détail du règlement se trouve ici.
 
Les vidéos les plus plébiscitées (c’est-à-dire qui auront totalisé le plus de « J’aime » une fois qu’elles seront partagées sur la page Facebook de la CCEPC), seront diffusées lors de la Semaine Européenne du Développement Durable, du 30 mai au 5 juin prochain.
 
Nous allons suivre avec intérêt la page Facebook de la CCEP et nous avons hâte de découvrir vos idées !
 
A vos caméras !
Lire la suite
avril / 2015
La Fibre du Tri est sur les ondes !

La Fibre du Tri est sur les ondes !

Plusieurs émissions radio ont récemment parlé du recyclage des textiles. Vendredi dernier, sur France Bleu, c’est l’émission...

Plusieurs émissions radio ont récemment parlé du recyclage des textiles. Vendredi dernier, sur France Bleu, c’est l’émission « Les Experts », dédiée aux problématiques de consommation et présentée par Laurent Petitguillaume, qui a fait le point sur le recyclage des TLC (Textiles, Linge de maison et Chaussures). Le tri des TLC a également fait récemment l’objet d’un sujet dans l’émission « Question de choix », présentée par Fabienne Chauvière sur France Info. Cette brève émission, diffusée chaque samedi, vise à entretenir le sens critique des consommateurs.
 
Même si certains d’entre vous l’ignorent encore, il faut avoir, avec les textiles que l’on ne veut pas garder, le même réflexe qu’avec le verre, les piles ou les ampoules : les déposer dans les points d’apport volontaire ou les confier à des associations. Le point commun des ces points d’apport ? Ils sont identifiés par le logo repère qui illustre notre article. Quoi qu’il en soit, pour couper court au gaspillage, il ne faut pas jeter les textiles avec les déchets ménagers classiques !
 
Interviewé dans ces émissions, Alain Claudot, le Directeur Général d'Eco TLC (l’éco-organisme de la filière de recyclage des textiles), a rappelé les grands principes du recyclage des textiles. Les TLC récupérés sont triés, et en fonction de leur état, seront portés à nouveau ou transformés et recyclés. Grâce aux matériaux issus des TLC, on fabrique de nouvelles fibres, mais également des filtres, des feutres isolants, et même des revêtements de terrain de sport ! Et le secteur du recyclage crée des emplois !
 
Il existe 35 000 points d'apport volontaire en France, et tous sont recensés sur le site www.lafibredutri.fr. Il vous suffit de taper votre code postal pour trouver le point d'apport volontaire le plus proche de chez vous !
 
Vous pouvez réécouter l’émission Les experts du 24 avril 2015 sur ce lien.
 
Et pour réécouter Question de choix, cliquez sur ce lien.
 
Ayez le réflexe du tri et faites passer le mot !
Lire la suite
avril / 2015
Bastia présente une exposition 100 % recyclée!

Bastia présente une exposition 100 % recyclée!

De septembre 2014 à fin janvier 2015, le SYVADEC (syndicat mixte chargé de la prévention, du recyclage, de la valorisation et du traitement des...

De septembre 2014 à fin janvier 2015, le SYVADEC (syndicat mixte chargé de la prévention, du recyclage, de la valorisation et du traitement des déchets ménagers en Corse) a organisé un grand concours intitulé : « Avez-vous l’art du recyclage ? ».

Le défi était le suivant : les participants devaient réaliser une œuvre d’art en réutilisant des matériaux du quotidien, puis la prendre en photo et la soumettre à un grand vote en ligne. Au total, plus de 50 œuvres ont été présentées, et pas moins de 3 000 votes ont été enregistrés sur le site du SYVADEC. Plusieurs écoles se sont impliquées avec enthousiasme dans la démarche.
 
Pour récompenser les participants, le SYVADEC expose à présent ces réalisations au grand public. Les résultats, étonnants, démontrent que l’art et le recyclage font bon ménage.
 
L’action a permis de sensibiliser le grand public et les élèves à l’importance du recyclage. Tissus, magazines, canettes ou bouchons en liège ont trouvé une seconde vie grâce à la créativité des participants. A travers cette initiative, jeunes et moins jeunes ont contribué, de manière artistique, au développement de l’éco-citoyenneté.
 
Retrouvez l’exposition au kiosque de la place Saint-Nicolas, à Bastia, du 20 au 30 avril 2015.

Photo: Carole Compocasso.
Lire la suite
avril / 2015
Du 20 avril au 10 mai 2015, offrez une seconde vie à vos vêtements avec Jules et la Gentle Factory

Du 20 avril au 10 mai 2015, offrez une seconde vie à vos vêtements avec Jules...

Dès aujourd’hui, et jusqu’au 10 mai, les magasins Jules récupèrent vos vieux vêtements. Les vêtements collectés...

Dès aujourd’hui, et jusqu’au 10 mai, les magasins Jules récupèrent vos vieux vêtements. Les vêtements collectés à cette occasion seront triés, avant d’être transformés ou recyclés. Vous leur offrirez ainsi une seconde vie, au lieu de les garder dans votre armoire sans les porter !
 
Comment ça marche ? En rapportant au moins deux pièces que vous ne portez plus, vous bénéficierez en échange d’un bon d’achat de 5 euros valable sur la nouvelle collection printemps-été 2015. Voilà une manière économique et écologique de renouveler votre garde-robe avec l’arrivée des beaux jours !
 
Les détails de l’opération, ainsi que la liste des magasins participants, se trouvent sur cette page.
 
Bon tri à toutes et à tous !
Lire la suite
avril / 2015
Le 24 avril, c’est le Fashion Revolution Day, pour plus de transparence dans l’industrie de la mode !

Le 24 avril, c’est le Fashion Revolution Day, pour plus de transparence dans l’...

Vous vous en souvenez sans doute : pour la première édition du Fashion Revolution Day*, le 24 avril 2014, nous avions retourné nos v...

Vous vous en souvenez sans doute : pour la première édition du Fashion Revolution Day*, le 24 avril 2014, nous avions retourné nos vêtements et montré nos étiquettes pour provoquer une réflexion sur l’envers du décor, pas toujours très glamour, de la mode. Vous aviez été plusieurs dizaines de milliers à partager vos selfies sur les réseaux sociaux, créant un vrai buzz sur la toile.
 
Cette année, la mobilisation continue, avec une nouvelle campagne appelée « Je veux savoir». L’idée est encore d’interroger vos marques sur l’histoire des vêtements que vous portez, et d’exiger la transparence sur les conditions de leur fabrication. En participant à cette campagne, les consommateurs imaginent le chemin parcouru par leurs vêtements, depuis le cultivateur de la matière première, jusqu’au confectionneur, en passant par le filateur et le teinturier.
 
Le jour J, le 24 avril, plusieurs événements auront lieu partout dans le monde. A Paris, cela aura lieu à l’Archipel (26 bis rue Saint Pétersbourg, Paris 8e), et ce sera ouvert à tous. Au programme : le matin, une grande conférence intitulée « Je veux savoir – Consommer la mode autrement » et l’après-midi, des ateliers créatifs dédiés au textile, ainsi que, toute la journée, une collecte de vêtements. Les détails de la journée se trouvent sur la page Facebook de l’événement.
 
Vous avez la fibre du tri, et vous souhaitez participer à la campagne et/ou assister à la conférence du 24 avril à Paris ?
Rendez-vous sur la page Facebook du Fashion Revolution Day France, vous y trouverez toutes les informations utiles !
 
* Jour de révolution dans la mode
Lire la suite
avril / 2015
Avec Bizzbee et la Gentle Factory, les jeunes aussi ont la fibre du tri !

Avec Bizzbee et la Gentle Factory, les jeunes aussi ont la fibre du tri !

Avec son univers trendy, la marque de vêtements Bizzbee est devenue incontournable pour les jeunes. Vous avez peut-être déjà vu ses tee-...

Avec son univers trendy, la marque de vêtements Bizzbee est devenue incontournable pour les jeunes. Vous avez peut-être déjà vu ses tee-shirts aux messages humoristiques ou au graphisme décalé. Avec l’humour qui la caractérise, la marque s'associe à la Gentle Factory et organise, du 24 avril au 10 mai, une grande collecte de vêtements. L’occasion de sensibiliser ses clients au tri des vêtements et à une mode plus responsable !

Toujours en collaboration avec La Gentle Factory, Bizzbee lancera une mini-collection appelée « La Recyclerie » et composée de vêtements « marins marrants » fabriqués à partir de fibres recyclées : deux sweats, deux marinières, deux tee-shirts et deux bermudas/shorts. De quoi être à la mode en ce printemps !

Comment ça marche ?
En l’échange d’un ou plusieurs produits textiles déposés en magasin, Bizzbee vous remettra un bon de réduction. Les conditions et le règlement sont sur la page Facebook de Bizzbee.
Lire la suite
mars / 2015
Parisiennes, Parisiens et amis de passage dans la Capitale, les 4 et 5 avril, allez faire un tour à la fête de la récup’ !

Parisiennes, Parisiens et amis de passage dans la Capitale, les 4 et 5 avril,...

Si vous êtes à Paris le week-end de Pâques et que vous avez la fibre du tri, ne ratez pas la Fête de la Récup’. Au...

Si vous êtes à Paris le week-end de Pâques et que vous avez la fibre du tri, ne ratez pas la Fête de la Récup’.

Au programme : une collecte d’objets (y compris de vêtements, de linge de maison et de chaussures), une grande vente à bas prix d’objets récupérés, des ateliers participatifs pour apprendre à réparer ses objets et recoudre ou transformer ses vêtements, mais aussi des conférences sur les enjeux de la récupération.

Fans de mode et d’art, vous pourrez assister au « Défilé des Récupérables » samedi de 16 heures à 17 heures, un événement alliant mode et récup’, organisé par le collectif Les Récupérables. Ils présenteront une collection de pièces uniques, créées à partir de textiles démodés, déjà portés, incongrus, et collectés dans des ressourceries.

Voici une petite vidéo qui résume bien l’esprit de ces deux journées.

La Fête de la Récup’, c’est à l’Espace des Blancs Manteaux, 48 rue Vieille du Temple, 75004 Paris, les 4 et 5 avril. Faites passer le mot !
Pour le programme complet, consultez le site Internet de l’événement.
Lire la suite
mars / 2015
Fabriquez vous-même vos lingettes démaquillantes !

Fabriquez vous-même vos lingettes démaquillantes !

Que peut-on faire avec des vieilles serviettes de bain ou des couverture en laine polaire ? Des disques à démaquiller lavables ! Aujourd...

Que peut-on faire avec des vieilles serviettes de bain ou des couverture en laine polaire ? Des disques à démaquiller lavables ! Aujourd'hui, nous vous proposons un tutoriel très simple pour fabriquer vous-même vos disques à démaquiller.

La culture intensive du coton utilise de très grandes quantités d’eau, de pesticides et d’insecticides. Tous les acteurs doivent se mobiliser pour limiter l’impact de cette production sur l’environnement. Ainsi, lors de vos achats, pensez à privilégier, dès que possible, le coton issu d’une filière de production biologique. Une autre astuce consiste à réutiliser les vêtements ou le linge de maison en coton dont vous ne vous servez plus, en leur offrant une seconde vie.

Pour fabriquer vos disques à démaquiller, mais aussi pour des lingettes bébé, il vous faudra du tissu éponge ou du tissu en laine polaire : ces textiles enlèvent bien les impuretés sans qu’il soit nécessaire de frotter. Quel que soit votre choix, l’idéal est d’en fabriquer une quinzaine. Vous pourrez les laver ensuite en machine, en les plaçant par exemple dans un filet à linge pour sous-vêtements. Réutilisables à volonté, ils vous permettront de préserver la planète et de faire des économies, puisque vous n’aurez plus besoin d’acheter du coton jetable. Parions que vous ne pourrez plus vous en passer !

C’est la blogueuse Antigone XXI qui vous donne la marche à suivre pour des très jolis disques à démaquiller ronds. Grâce à son tutoriel, même pas besoin de machine à coudre !

Si vous préférez fabriquer des lingettes carrées, voici un autre tutoriel sympa et facile, trouvé sur le blog de Maman Mammouth.

Maintenant, à vous de jouer !

Photo : http://antigonexxi.com
Lire la suite
mars / 2015
Avec l’arrivée du printemps, c’est le retour de la vide-dressing week !

Avec l’arrivée du printemps, c’est le retour de la vide-dressing week !

Dès aujourd'hui, et jusqu’au 1er avril, les boutiques de mode indépendantes de toute la France vous invitent à participer à la...

Dès aujourd'hui, et jusqu’au 1er avril, les boutiques de mode indépendantes de toute la France vous invitent à participer à la quatrième édition de la vide-dressing week, opération printanière de collecte de vêtements et vêtements de nuit.

Comment participer ?

- Etape 1 : vous profitez de l’arrivée du printemps pour faire le tri dans vos armoires.

- Etape 2 : du 18 mars au 1er avril : vous déposez dans la boutique participante de votre choix les vêtements, propres et en bon état, que vous souhaitez donner aux plus démunis. La liste des boutiques participantes est disponible sur le site de l'événement.

- Etape 3 : à partir du 1er avril : vos commerçants remettent les sacs de vêtements collectés aux bénévoles des antennes locales de la Croix-Rouge. Les vêtements rejoindront les rayons des vestiaires et vestiboutiques de l’association et seront redistribués aux personnes
accompagnées par l’association.

Alors, du 18 mars au 1er avril, découvrez-vous solidaire !

Et n’oubliez pas : si vous avez des vêtements, du linge de maison ou des chaussures usés, ils peuvent aussi être recyclés !
Il existe plus de 35 000 points d’apport partout en France. Trouvez sur notre carte le plus proche de chez vous !
Lire la suite
mars / 2015
Lou Moria: des chaussures en plastique moulé fabriquées à la seconde !

Lou Moria: des chaussures en plastique moulé fabriquées à la seconde !

Les chaussures thermoformées et minimalistes de la jeune créatrice Lou Moria sont écologiques. Elles sont obtenues grâce à des...

Les chaussures thermoformées et minimalistes de la jeune créatrice Lou Moria sont écologiques. Elles sont obtenues grâce à des chutes de matières plastiques agrégées. Composées d’une seule matière, elles seront ensuite facilement recyclables et recyclées.

Le thermo-moulage, comment ça marche ? Une feuille de plastique est chauffée jusqu’à devenir souple, puis elle est placée sur un moule. De l’air aspire la feuille dans le moule. Puis la feuille est éjectée du moule. La paire de chaussures est prête à l’emploi ! Voici le processus de production en images.

Mais la marque innove aussi par une autre originalité : le packaging de la chaussure est intégré au produit. En l’ouvrant, l’utilisateur finalise lui-même ses chaussures et peut les personnaliser.

Comme l’explique Lou Moria, la plupart de nos vêtements manquent de caractère, car ils sont dupliqués à des millions d’exemplaires et sont aussitôt remplacés par d’autres. Malgré tout, nous sommes attachés à nos vêtements et chaussures, car nous avons une relation spéciale avec ces objets. Ils ont leur histoire en fonction de l’usage que nous en faisons. C’est cette réflexion qui a motivé son projet de chaussures. A nous de décider ce que nous en faisons !

« Chaque paire que je dessine permet à son utilisateur d’interagir avec elle d’une manière ou d’une autre : il peut la réparer, la découper ou la customiser selon ses goûts et ses envies. Une nouvelle histoire est ainsi créée entre l’objet et son utilisateur ; une histoire qui peut être longue ou courte, intime, mécanique, sentimentale ou simplement fonctionnelle ».

Que pensez-vous de ce projet ? Une paire de chaussures est-elle selon vous purement fonctionnelle ? Ou se doit-elle avant tout d’être esthétique ?

Photographie : www.loumoria.com
Lire la suite
mars / 2015
Pour le printemps, Vittel transforme votre canapé en… baskets !

Pour le printemps, Vittel transforme votre canapé en… baskets !

L’eau minérale Vittel s’engage pour vous redonner la forme. En cette veille de printemps, elle lance une initiative originale pour vous redonner...

L’eau minérale Vittel s’engage pour vous redonner la forme. En cette veille de printemps, elle lance une initiative originale pour vous redonner l’envie d’aller courir : elle transforme votre canapé en paire de baskets !

Tout part d’un constat simple : en 2014, les Français ont passé plus de 4 heures 30 par jour dans leur canapé, à ne pas faire grand-chose. Vittel a donc décidé, non sans humour, de prendre le mal à la racine et de transformer votre canapé en baskets ! Vous avez bien lu : Vittel lance le Couch Converter Service, un service gratuit de transformation de canapé, qui vous permet d’obtenir des baskets originales et uniques, fabriquées à partir du tissu de votre canapé.

Avec l’aide de talentueux designers, la marque a créé pour l'occasion un modèle exclusif de baskets. Des professionnels de la basket vont réaliser 50 paires uniques. Chaque paire sera gratuite et réalisée à la main à partir du tissu de votre canapé.

Pour participer, inscrivez-vous en ligne sur le site dédié. Si votre canapé fait partie des 50 canapés retenus, il vous suffira d’envoyer une partie de son tissu aux équipes du Couch Converter. En seulement quelques semaines, vous recevrez votre superbe paire de baskets, et vous n’aurez plus qu’à enfiler vos nouvelles baskets et quitter votre canapé pour commencer le printemps en toute vitalité !

Tout est très bien expliqué dans cette vidéo !
Lire la suite
février / 2015
L’upcycling au service d’une mode plus durable

L’upcycling au service d’une mode plus durable

L’upcycling, ça consiste à récupérer des matériaux ou des produits dont on a plus l'usage pour les transformer en mat...

L’upcycling, ça consiste à récupérer des matériaux ou des produits dont on a plus l'usage pour les transformer en matériaux ou produits de qualité ou d'utilité supérieure. On recycle donc « par le haut » ("up" en anglais).

Dans le domaine du textile, il existe 1 001 manière de faire de l’upcycling. Vous pouvez faire de l’upcycling vous même, lorsque vous transformez un vieux vêtement pour lui donner une seconde vie. Nous publions d’ailleurs régulièrement des tutoriels astucieux pour se lancer dans l’upcycling « fait maison ».

Les marques de vêtements sont aussi de plus en plus nombreuses à s’y mettre. C’est le cas de Kallio, une marque pour enfants créée il y a deux ans à New-York. On a un vrai coup de cœur pour les créations de Karina Kallio, toutes fabriquées à partir de vieilles chemises d’hommes. Voilà un aperçu de la métamorphose des chemises dans une très courte vidéo.

Fabriqués sur place pour soutenir l’emploi local, les vêtements de Kallio sont tous uniques, et contribuent à réduire les déchets textiles en leur donnant une seconde vie.

Une vraie source d’inspiration pour la mode de demain !

Photo : http://www.fastcodesign.com
Lire la suite
février / 2015
Le cuir de demain sera en fibres… d’ananas

Le cuir de demain sera en fibres… d’ananas

La fibre d’ananas est utilisée depuis longtemps dans la fabrication des vêtements et chaussures traditionnels aux Philippines. Durant les ann...

La fibre d’ananas est utilisée depuis longtemps dans la fabrication des vêtements et chaussures traditionnels aux Philippines. Durant les années 1990, la créatrice Carmen Hijosa était à la recherche de nouveaux matériaux pouvant constituer une alternative de qualité au cuir. Elle s’est donc penchée de plus près sur cette matière première, qui s'est avérée particulièrement prometteuse.

Permettant de produire une maille sans tissage ou tricotage, sur le principe du feutre, les fibres d'ananas ont une apparence semblable à la toile et peuvent être teintes et traitées pour obtenir différents types de textures. Différentes épaisseurs de produit sont également possibles, selon l’usage envisagé. Il est notamment facile de reproduire l’aspect et la solidité du cuir.

Carmen Hijosa tient par ailleurs à ce que ses produits soient les plus respectueux possibles de l’environnement. Les fibres sont extraites de feuilles d’ananas sur les plantations des fermiers, où elles sont habituellement laissées à même le sol après la récolte. La production de la fibre d’ananas ne nécessite pas de terrain dédié à la culture des feuilles et constitue un réel bénéfice pour les petits producteurs.

Après cinq ans de développement au Royaume-Uni, le Piñatex (c’est le nom donné à ce textile issu de l’ananas) a été lancé à Londres en novembre 2014. Sérieux avantage, son prix au mètre carré est pour le moment inférieur à celui du cuir. Cette différence de prix s’explique par la faible quantité de déchets générés par la matière première. La fibre d’ananas constitue donc un textile durable et à moindre coût, qui devrait séduire à la fois les fabricants et les consommateurs. Une innovation à suivre de très près !
Lire la suite
février / 2015
Avec les hypermarchés Carrefour, offrez une seconde vie à vos vieux jeans !

Avec les hypermarchés Carrefour, offrez une seconde vie à vos vieux jeans !

Nous avons tous un ou deux jeans que nous ne portons plus, soit parce que la coupe ne nous plaît plus, soit parce qu’ils sont troués ou us...

Nous avons tous un ou deux jeans que nous ne portons plus, soit parce que la coupe ne nous plaît plus, soit parce qu’ils sont troués ou usés. Si nous faisions un peu le tri dans nos armoires ? Dès aujourd'hui, et jusqu’au 23 février, Carrefour organise une grande collecte de jeans. Vous pouvez déposer vos vieux jeans dans l’un des 219 hypermarchés Carrefour participant à l’opération. Pour deux jeans rapportés, vous obtiendrez un bon d’achat de 5 euros*.

Seule condition : que vos jeans soient propres et en bon état global. Mais ils peuvent être troués. En participant à cette opération, vous faites des économies et vous préservez l’environnement en contribuant au recyclage des textiles.

Déjà en 2014, Carrefour avait organisé une opération de reprise de textile qui avait permis de récolter 65 tonnes de vêtements. Pour cette deuxième édition, Carrefour travaille en partenariat avec la société Ecotextile, spécialisée dans la collecte des textiles usagés. Ecotextile effectue le tri de vêtements et s’occupe de leur valorisation. En outre, elle s’engage dans l’insertion professionnelle, puisqu’elle embauche des personnes rencontrant des difficultés dans leur recherche d’emploi.

Alors, pour la planète et pour l’emploi, rendez-vous chez Carrefour, jusqu’au 23 février !

Et n’oubliez pas : pour tout le reste de l’année, et pour tous les autres textiles, ainsi que le linge de maison et les chaussures, il existe plus de 35 000 points de collecte partout en France, recensés sur le site de la Fibre du Tri.
 
* Offre limitée à 3 bons distribués par foyer (personnes vivant sous le même toit) et par jour (soit au maximum 6 pantalons jeans déposés par jour et par foyer). Bon d’achat valable du 11 février au 31 mars 2015 et utilisable pour un minimum de 30€ d’achat sur le secteur Textile au niveau des rayons Chaussures, Bébé, Enfant, Femme, Homme, Linge de maison et Accessoires. VOIR MODALITES COMPLETES ET LISTE DES MAGASINS PARTICIPANTS SUR WWW.CARREFOUR.FR
Lire la suite
février / 2015
Le point sur le recyclage des Textiles, du Linge de maison et des Chaussures (TLC)

Le point sur le recyclage des Textiles, du Linge de maison et des Chaussures (...

Les TLC, vous connaissez ? Ce sont les Textiles, le Linge de maison et les Chaussures. À ce jour, environ 30 % des TLC sont recyclés. La...

Les TLC, vous connaissez ? Ce sont les Textiles, le Linge de maison et les Chaussures. À ce jour, environ 30 % des TLC sont recyclés. La filière du textile a pour ambition de doubler les volumes au cours des prochaines années. Son éco-organisme, Eco TLC, vient d’obtenir à cet égard un nouvel agrément de l’Etat. Sa mission ? Diminuer l’impact environnemental des TLC. Cela passe à la fois par la collecte, le tri et le recyclage des TLC en fin de vie, pour limiter la production de déchets, mais aussi, plus en amont, par la sensibilisation de tous les acteurs de la filière – producteurs, vendeurs, consommateurs – en faveur d’une consommation textile durable.

Tri des TLC : où en est-on ?

Les consommateurs ont aujourd'hui l’habitude de donner leurs vêtements lorsque ces derniers peuvent être portés à nouveau. C’est une très bonne chose. La vraie nouveauté, c’est que même les vêtements usés ou déchirés ne vont plus à la poubelle. Après la collecte et le tri, les fibres textiles récupérées seront transformées en nouveaux produits, comme de nouveaux textiles, mais aussi du rembourrage pour l’ameublement ou de l’isolant pour la construction. Les initiatives sont nombreuses pour augmenter le taux de collecte. Aujourd'hui, il existe plus de 35 000 points d’apport en France : associations, bornes dans les déchèteries, conteneurs sur la voie publique, magasins de vêtements, etc.

Eco-conception et éco-consommation

Les consommateurs veulent savoir comment leurs produits ont été fabriqués. Les marques sont de plus en plus nombreuses à s’engager dans des démarches d’éco-conception. Cerise sur le gâteau, grâce aux progrès techniques, les vêtements recyclés sont désormais beaux et tendance. Car la mode reste avant tout un plaisir. Et désormais, ce plaisir s’inscrit dans une démarche responsable, respectueuse de l’environnement.

Pour accélérer le mouvement du tri des TLC, un seul réflexe : parlez-en autour de vous !

Si vous souhaitez découvrir l’émission de BFM sur le recyclage des textiles (durée: 11 minutes), c'est ici.

Photo : Jérôme Obry, Président d'Eco TLC
Lire la suite
TOUS les TLC,
même usés,
se recyclent :
TRIONS-LES !

Dans les conteneurs, vérifiez que le sac est bien tombé.
Ne laissez rien sur la voie publique.

Auprès des associations, vérifiez les horaires de dépôt.

Comment bien trier ?

Les CONSIGNES À RESPECTER pour faire le bon geste de tri pour les vêtements, linge de maison et chaussures et garantir leur valorisation.

Usés ou juste démodés, déchirés ou troués, tous vos articles peuvent être réutilisés ou recyclés, à condition d’être propres et secs.

Ne mêlez pas d’articles humides qui risqueraient de moisir et de détériorer le reste des articles.

Fermez bien le sac.
Evitez les sacs trop volumineux (préférez les sacs de 50 L).

Attachez les chaussures par paire pour éviter qu’elles se séparent au moment du tri.

Le logo de la filière ci-dessus garantit la traçabilité complète de ce que deviennent les articles confiés auprès des opérateurs conventionnés par l’éco-organisme Eco TLC.

Qu'est ce qu'un PAV?



Un Point d'Apport Volontaire est avant tout un lieu équipé pour récupérer et stocker vos TLC usagés.



Les PAV acceptent autant les TLC en bon état (qui sont reportables) que ceux qui sont usés (qui seront recyclés).


Suivez le guide !


Les points d'apport de la filière sont identifiés par le repère Eco TLC.

Une antenne locale d'association.

Les antennes locales d'associations récupèrent des vêtements en bon état pour approvisionner les vestiaires pour les plus démunis ou leurs boutiques à prix modiques. Celles qui participent au recyclage, et donc récupèrent des vêtements non reportables ont le point repère de la filière.

Un conteneur dans la rue, dans une déchèterie ou sur un parking.

Les conteneurs sont vidés régulièrement par l'opérateur qui les a mis en place. Il se finance par revente sur le marché de la seconde main ou le recyclage des TLC déposés.

Des boutiques équipées

les TLC seront récupérés par un collecteur de la filière. La boutique s'engage dans une démarche participative pour le développement durable.

Des déchèteries et des locaux communaux

selon la commune ou la collectivité ils peuvent prendre des formes diverses : ils doivent avant tout pouvoir être à l'abri des intempéries et portent le repère !

La filière TLC usagés,
Qui participe?

    • Créateurs

    • Ingénieurs
    • Designers
    • Stylistes
    Ils dessinent les modèles, décident des matières à utiliser, c’est à ce stade que le produit peut être éco-conçu.
    • Metteurs en marché

    • Fabricants
    • Grossistes
    • Importateurs
    • Détaillants
    Ils mettent en vente sur le marché français des vêtements, du linge de maison et / ou des chaussures à l'usage des ménages. Ils contribuent à la fin de vie de ses produits au travers de l’éco-organisme de la filière. 
  • Citoyens

    Vous êtes le premier maillon de la chaîne de valorisation, en apportant vos vêtements, linge de maison mais aussi vos chaussures dans les points d’apport de TLC.
  • Détenteurs
    de points d'apport volontaire

    Ils représentent l’ensemble des antennes locales d’associations, des boutiques ou des propriétaires de conteneurs qui récupèrent les TLC usagés, ce sont plus de 300 organisations différentes en France
  • Collectivités territoriales

    Elles organisent la répartition des points d’apport sur le territoire en coordonnant avec les antennes locales d’associations et les propriétaires de conteneurs. Elles informent leurs administrés de leur présence et les sensibilisent au tri.
  • Opérateurs
    de collecte

    Ils sont le lien avec la filière de valorisation. Ce sont eux qui gèrent le ramassage des TLC usagés déposés dans les points d'apport volontaire.
  • Opérateurs
    de tri

    C’est durant le tri que se décide la seconde vie des TLC usagés en fonction de leur qualité, de leur état et leurs composants. Ils sont alors orientés vers le réemploi, le recyclage, ou l’élimination. 
  • Éliminateurs

    Ils traitent les TLC qui n’ont pas trouvé de valorisation, qui sont donc considérés comme des déchets ultimes. Pour cela, ils les incinèrent ou les enfouissent.
    • Revendeurs

    • Associations
    • Friperies
    Ils remettent en vente, sur le marché français ou à l'étranger, des vêtements, linge et chaussures de seconde main.
  • Opérateurs
    de recyclage

    Ils redonnent de la valeur aux TLC usagés non utilisables en l’état, les transformant en matières premières secondaires, qui seront utilisées pour la fabrication de nouveaux produits.
  • Porteurs
    de projets

    Ils cherchent de nouvelles applications concrètes aux matières premières secondaires, et leur permettent ainsi de fermer le cycle de production.
Le saviez-vous ?
Le tri des vêtements se fait à la main. Chaque pièce est vérifiée individuellement par un opérateur, qui décide s'il peut être reporté ou recyclé.
Le saviez-vous ?
Il faut 2 500 paires de baskets pour fabriquer le revêtement d'un terrain de basket d'intérieur, et
75 000 pour une piste d'athlétisme.
Le saviez-vous ?
Un jeans parcourt en moyenne
10 000 km avant d'arriver en magasin.