Quoi de neuf ?

Toute l'actu des tlc regroupée dans un blog

Toutes les baskets ont droit à une 2ème vie ! Nous vous avions déjà parlé du procédé Nike Grind, permettant de fabriquer des revêtements d'aires de jeux et de terrains de sport à partir de semelles de vieilles baskets. 

Des vieilles baskets peuvent aussi devenir de véritables œuvres d’art grâce à l'imagination d'artistes. 

 

Des masques en baskets par l'artiste Freehand Profit 

À Los Angeles, Gary Lockwood, alias Freehand Profit, a réussi à intégrer sa passion des sneakers dans son oeuvre artistique prouvant que les vieilles baskets peuvent être aussi géniales accrochées au mur qu'auparavant portées à nos pieds ! 

Détournées, déstructurées, il les transforme en masques bigarrés, inspirés de ceux portés par les graffeurs, donnant à quiconque le porte une allure de guerrier d’une autre dimension. 

"Certains définissent ce que je fais comme du ‘’steampunk hip-hop’’, ou du ‘’cosplay hip-hop’’. Peu importe l’appellation : le hip-hop est définitivement au cœur de mon travail. Je traite les baskets comme un DJ imagine un disque : je prends une forme d’art déjà existante jusqu’à la découper, la transformer et la remixer jusqu’à en créer une nouvelle" – Freehand Profit 

 

Un talent plébiscité par la marque Adidas 

Le travail talentueux de Freehand Profit a séduit la marque Adidas : dans le cadre de sa campagne pour la collection Originals, la marque a fait appel à son talent, le spot "Original is never finish" joue sur le terme « sneakerhead », littéralement « tête de basket », qui caractérise les amateurs et les collectionneurs. 

Adidas Originals a installé début 2017 une exposition dans le quartier de SoHo à New York, où sept œuvres de l’artiste ont été mises en scène. 

 

Pour trouver un point d'apport proche de chez vous, où déposer vos vielles baskets, liées par paires, entrez votre code postal ici : https://www.lafibredutri.fr/je-depose 

 

© FREEHANDPROFIT.COM