Quoi de neuf ?

Toute l'actu des tlc regroupée dans un blog

Près de Roanne (dans la Loire), le fabricant français de tissus Les Tissages de Charlieu, conjugue excellence et recyclage. Son PDG, Eric Boël, raconte comment il donne une seconde vie, avec style, aux fibres usagées.

 

Utiliser des fibres recyclées dans vos tissages, cela participe à une démarche globale ?

« L’engagement fort de l’entreprise vers le développement durable a pris consistance en 2008, avec la fondation d’Altertex (un réseau d’entreprises françaises et européennes engagées pour un textile éco-responsable, éthique et solidaire), même si tout a commencé avant. J’ai pris conscience cette année-là qu’il s’agissait d’un schéma articulé sur trois piliers, que tout était lié : l’environnement, le social et l’économique. Les fils se sont connectés dans ma tête ! Je considère que l’entreprise doit être un lieu de l’épanouissement de l’être humain, où l’on doit se sentir autonome, reconnu et trouver du sens à ce qu’on fait. Cela passe par une redistribution des bénéfices aux salariés ou l’embauche de personnes handicapées aussi bien que par la fabrication en France, l’utilisation d’énergies renouvelables, l’emploi de coton bio et éthique ou… de fibres recyclées ! »

 

D’où viennent vos fibres recyclées ?

« On les achète essentiellement en France et en Espagne. Nous avons du coton, de l’acrylique, du polyester et des mélanges faits de laine, acrylique, polyester, coton, viscose… »

 

Et qu’en faites-vous ?

« Nous introduisons une part de fils recyclés dans beaucoup de nos tissus. Pour certains clients, nous produisons des textiles 100% recyclés, comme pour l’entreprise Capoverde qui fait de l’impression numérique éco-responsable. Et nous fabriquons aussi, sous la marque L’Indispensac, des sacs en fibres 100% recyclées, utilisés comme sacs de caisse ou de shopping. Ce sujet est vraiment d’actualité depuis l’interdiction des sacs plastiques. Nous offrons ainsi aux marques la possibilité de démontrer et promouvoir efficacement leurs engagements humains et environnementaux (www.indispensac.com). »

Ces sacs sont une prouesse technique…

« La chaine est en polyester recyclé issu de bouteilles plastique (PET). La trame est parfois faite de vêtements effilochés, donc de matières mélangées. Mais nous pouvons utiliser aussi des chutes de tissus récupérées après la découpe de patrons de vêtements. Elles sont classées par couleur et composition, ce qui produit un fil de qualité. Le prix de ces sacs est compétitif car ils sont confectionnés aux trois quarts directement sur le métier à tisser, grâce à une technologie que nous avons mise au point. Il y a quatre fois moins de coutures que dans un sac équivalent. Et comme leurs motifs résultent du tissage jacquard, aucune encre n’est utilisée et le motif est plus durable car il ne peut s’effacer. »

 

Les produits en textile recyclés sont-ils en train de se développer ?

« Ça n’est pas facile car la législation est très contraignante. En Europe, il faut obligatoirement indiquer la composition des textiles sur l’étiquette. On a droit à 5% maximum de fibres non identifiées. Or, quand on utilise des fibres recyclées, la composition exacte est difficile à définir. C’est le cas quand on fabrique des tissus avec des vêtements usagés. On est alors contraint de limiter l’usage de fibres recyclées pour ne pas dépasser 5% maximum « d’autres fibres ». »

 

Les Tissages de Charlieu en chiffres

- 70 salariés

- Fabrication 100% française

- 3 millions de mètres tissés par an, dont 70% pour l’habillement, 20% pour des textiles innovants (pour l’aéronautique surtout), 10% pour des produits issus des 3 « intraentreprise » créées par les salariés :

- Létol (étoles jacquard en coton bio),

- Tonnerre de Belt (ceintures jacquard confectionnées dans des entreprises adaptées),

- Indispensac (sacs jacquard en fibres recyclées, confectionnés de manière solidaire).

- 25% des matières premières achetées sont biologiques ou recyclées.

 

www.ltc-jacquard.com

 

© Les crédits photos pour Eric Boël : LTC.

Photos des sacs : Anouk Alix

Photos de l’équipe des sacs : Marie Duverger