Le passage d’une motorisation thermique vers une motorisation 100% électrique constituent l’un des enjeux majeurs pour les pays Européens en termes de transition énergétique et écologique.

Selon un rapport publié par le « Comité Stratégique de Filière Mines et métallurgie », l’Europe aura à recycler plus de 700000 tonnes de batteries par an d’ici 2035, soit 10 fois la quantité actuelle.

Le principe du recyclage des batteries

La batterie d’une voiture électrique sera remplacée dès qu’elle tombe en dessous de 70 % de ses capacités, ce qui se produit généralement après 8 ou 10 ans. D’ici 2035, on estime que le nombre de voitures électriques atteindra les 16 millions en France.

Les batteries de voiture électriques sont composées de divers éléments telles que du plastique, des terres rares, du métal et de l’acide. Certains éléments sont valorisables et peuvent être recyclés (à 75 % pour certaines batteries), d’autres, plus dangereuses ou polluantes, seront disposées ou stockées selon des normes très strictes.

Le recyclage des batteries usagées est soumis à la réglementation et relève d’une filière spécifique de collecte et de traitement. En France, deux entreprises concourent à cette fonction : Euro Dieuze Industrie et SNAM.

Le recyclage des batteries plomb-acide

Les batteries plomb-acide qui équipent les voitures thermiques comme électriques peuvent être recyclées à 98% après neutralisation de leur acide.  Les matières valorisables sont le plomb, le polypropylène (plastique) et la solution électrolyte qui peut être régénérée.

Recyclex est le principal intervenant en matière de recyclage de batteries plomb-acide en Europe.

Le recyclage des batteries NiMH

Depuis 2011, SNAM s’occupe du recyclage des batteries nickel-hydrure métallique équipant les voitures hybrides de la marque Toyota et Lexus en Europe. SNAM a également conçu d’autres partenariats avec des constructeurs comme Peugeot, Honda et BMW France.

A lire également  Comment lutter contre la pollution ?

Les batteries NiMH peuvent être recyclées à 50-75% pour récupérer le nickel, le cobalt et les terres rares qu’elles contiennent.

Le recyclage des batteries lithium-ion

La batterie en lithium est composée de deux électrodes fabriquées à partir d’un alliage de nickel, de lithium, de manganèse et de cobalt. La solution électrolyte est composée d’un mélange de sel de lithium (ions) et de solvants organiques. Bien que ces matières posent peu de risques pour la santé et l’environnement, elles sont très inflammables.

Les batteries en lithium peuvent s’enflammer en cas de surchauffe, de chocs ou d’une exposition à l’humidité de l’air, ce qui peut rendre le recyclage plus complexe.

L’obligation de recyclage des batteries en Europe

L’obligation de recyclage des batteries lithium-ion ou NiMH est de 50%, contre 90% pour les batteries plomb-acide. Des taux qui seront revus à la hausse d’ici 2025.