Ce lundi, l’arrêté définissant une zone à émissions réduites (ZER) pour les individus a été proclamé par la métropole de Grenoble. Cependant, cette régulation est seulement applicable du lundi au vendredi, de 7 heures du matin à 19 heures du soir.

Introduction

Il y a trois ans, une Zone à Faibles Émissions (ZFE) a été mise en œuvre pour les véhicules utilitaires et les poids lourds. Pour l’instant, cette zone est destinée aux véhicules portant une vignette Crit’Air 5. Une phase de “sensibilisation” de six mois a été prévue, durant laquelle aucune amende ne sera infligée.

Évolution de la ZFE

À partir du 1er janvier 2024, cette restriction sera étendue aux véhicules Crit’Air 4, et à ceux Crit’Air 3 dès le 1er janvier 2025.La ZFE de la métropole de Grenoble, qui s’applique à 13 communes sur 49, ne sera pas en vigueur en permanence, mais uniquement du lundi au vendredi, de 7h à 19h.

Soutenir les changements d’habitudes

Cécile Cénatiempo, conseillère déléguée à la qualité de l’Air de la métropole grenobloise, a souligné lors d’une conférence de presse que l’objectif était de “permettre plus de flexibilité et de soutenir les changements d’habitudes”.Des dérogations seront également accordées sur certains axes routiers : ceux desservant les parkings-relais et les gares, les voies rapides, les accès à certains hôpitaux et les routes menant aux massifs montagneux.De plus, des exceptions seront accordées, notamment pour les “petits utilisateurs” (moins de 5 000 km par an), les travailleurs aux horaires atypiques, les véhicules d’intérêt général… Un pass journalier, utilisable 12 fois par an, sera également proposé à tous.

Possibilité d’ajustements

La ZFE de la métropole grenobloise a suscité des critiques de toutes parts sur l’échiquier politique. La majorité écologiste de la ville de Grenoble avait demandé des mesures “plus ambitieuses”, tandis que les opposants, qu’ils soient élus ou citoyens, ont critiqué une mesure “écologiquement inefficace et socialement injuste”.Cécile Cénatiempo a indiqué que des “évolutions” et des “ajustements” pourraient être apportés à ces éléments pendant la mise en œuvre de la ZFE, en évoquant une “clause de réexamen” d’ici à 2026.Actuellement, onze métropoles, dont les premières étaient Lyon, Grenoble et Paris, ont mis en place leurs propres ZFE avec des calendriers variables. Une généralisation de ces zones est prévue par la loi d’ici à 2025 dans les 43 agglomérations de plus de 150 000 habitants en France.Source : Info Durable