Installer un récupérateur d’eau de pluie est l’un de vos projets ? C’est une très bonne idée pour réaliser des économies et pour préserver les ressources de la planète. Si vous avez des doutes, sachez que de plus en plus de personnes choisissent cette solution. En effet, elle apporte de nombreux avantages. Je vous explique lesquels dans l’article qui suit.

Le récupérateur d’eau de pluie permet de faire des économies


Savez-vous qu’une personne consomme 150 litres d’eau potable par jour ? La majorité de cette consommation est utilisée pour l’hygiène corporelle et l’entretien du logement et des vêtements.

À côté de ces nécessités, d’autres dépenses en eau peuvent s’ajouter, notamment si vous avez un jardin. Qu’il s’agisse d’un potager ou de fleurs, l’arrosage régulier est indispensable à l’épanouissement des végétaux. Le lavage de votre terrasse, de votre mobilier de jardin ou de la voiture consomment aussi de l’eau.

Le récupérateur d’eau de pluie s’avère la solution idéale pour ces dernières tâches. Laver une voiture ou rajouter de l’eau dans sa piscine avec l’eau de pluie vous fait économiser 190 litres ! L’arrosage du jardin consomme, quant à lui, 15 à 20 litres par mètre carré. Selon la surface de votre jardin, le besoin en eau peut être important.

Si vous possédez une piscine, il vous faut environ 150 litres d’eau pour la remplir. Puis, vous devez renouveler ⅓ de l’eau chaque année. Vous pouvez économiser 50 euros sur ce renouvellement grâce à l’eau de pluie.

Une fois le récupérateur d’eau installé, celui-ci va vous permettre de réduire vos dépenses. Il vous offre une eau totalement gratuite. C’est un investissement vite rentabilisé. Vous êtes convaincu ? Découvrez les modèles de récupérateurs d’eau du catalogue Gammvert.fr.

Le récupérateur d’eau est écologique


Aujourd’hui, les besoins en eau ne diminuent pas, mais les nappes phréatiques sont en souffrance. La sécheresse fait rage dans de nombreuses régions en été. Face à cette pénurie en eau, des mesures restrictives sont parfois prises. Ces dernières sont absolument nécessaires pour préserver les ressources.

Elles font le malheur des jardiniers qui voient leurs fleurs ou leurs plants se dessécher. Or, ce n’est pas un problème pour ceux qui possèdent un récupérateur d’eau de pluie. L’eau restée stockée dans la cuve au fil du temps est alors utilisée pour arroser le jardin. Cela n’impacte pas les ressources des nappes phréatiques.

L’eau de pluie est de bonne qualité pour le jardinage


L’eau de pluie est beaucoup plus douce que l’eau du robinet. Pourquoi ? Tout simplement, parce qu’elle ne contient pas de calcaire. De plus, elle est pauvre en fluor et en chlore et son PH est légèrement acide. Elle est donc extrêmement bonne pour vos plantes et favorise leur croissance ! Cette eau faiblement minéralisée évite les maladies ou les carences causées par le calcaire.

Si cette eau n’est pas propre à la consommation, elle peut servir pour certaines tâches ménagères. Bonne nouvelle : l’absence de calcaire épargne vos canalisations !


Des modèles de récupérateurs d’eau adaptés à vos besoins


Vous avez peur qu’un récupérateur d’eau de pluie prenne beaucoup de place ? Je vous rassure, il en existe de tailles très différentes ! Les cuves extérieures varient entre 200 et 2 000 litres. Elles ne sont donc pas toutes gigantesques.

Les cuves sont généralement de la forme d’un tonneau ou d’une amphore. Dans ce cas, l’installation en elle-même est simple et prend peu de place. L’eau vient directement des toitures. La pluie est canalisée via une gouttière et descend dans la cuve.

Si vos besoins sont plus importants, vous pouvez opter pour une cuve enterrée. Leur volume va jusqu’à 5 000 litres. Celle-ci est plus complexe à installer, mais permet de récupérer un grand volume d’eau.

Votre récupérateur d’eau demande peu d’entretien. Un nettoyage et une vidange annuels suffisent. Si vous comptez utiliser l’eau pour un usage sanitaire, les filtres devront être nettoyés régulièrement de même que la pompe si vous en avez une. Pensez aussi à nettoyer les gouttières, notamment pour enlever les feuilles et les résidus.

S’il fait particulièrement froid l’hiver dans votre région, la cuve doit être protégée. Vidangez-la avant les premières gelées sinon elle risquerait d’être endommagée par le gel.