Nous vivons dans un système mondial complexe, où ce que nous mangeons est souvent produit dans un endroit très éloigné de notre propre cuisine. Selon l’OCDE, l’agriculture est responsable de 17 % des émissions de gaz à effet de serre à l’origine du changement climatique, et les changements d’affectation des sols représentent 7 à 14 % supplémentaires (lorsque nous abattons des forêts pour faire de la place à l’agriculture). D’autres sources avancent des chiffres encore plus élevés. Donc, si au moins un cinquième de nos émissions provient de la nourriture que nous mangeons, nous avons des raisons de réfléchir attentivement à ce que nous mettons dans nos assiettes.

Notre régime alimentaire est un casse-tête, car il n’y a pas de solution miracle qui puisse nous mettre sur la bonne voie à long terme. Nous devons continuellement faire les bons choix, et il peut être très difficile de savoir ce qu’il faut vraiment manger.

Faut-il opter pour le produit local provenant d’une serre ou pour le produit biologique qui a poussé au soleil, mais qui a été expédié ?

Dans cet article, nous souhaitons donner quelques bonnes indications, qui devraient servir de lignes directrices générales.

Pourquoi réduire la quantité de viande rouge ?

L’ajustement le plus important que vous puissiez faire pour modifier de manière significative l’empreinte carbone de votre alimentation est de réduire la quantité de viande rouge. Moins il y a de viande, mieux c’est pour la planète. Si vous devez vous faire plaisir, veillez à ce que la viande soit de bonne qualité et évitez la viande du Brésil (où la forêt tropicale est pillée pour faire de la place au bétail).

A lire également  Ce qu'il faut savoir sur l'isolation polyuréthane

Un régime riche en viande (plus de 100 g par jour) a une empreinte carbone de 2,62 tonnes par an. En adoptant un régime pauvre en viande (moins de 50 g par jour), qui vous permet de continuer à vous régaler de temps en temps, mais en limitant votre consommation quotidienne, vous pouvez réduire votre empreinte carbone à 1,70 tonne. Cette réduction équivaut à parcourir plus de 6 000 km avec une voiture diesel moyenne ! Le kilométrage moyen d’une voiture dans l’UE est de 12 000 km par an.

Le poisson est-il une meilleure solution ?

Le régime pescetarien consiste à supprimer complètement la viande tout en continuant à manger du poisson. Cela permet de réduire encore davantage l’empreinte carbone, qui passe à 1,42 tonne par an. Étant donné que le poisson et les fruits de mer ont une empreinte carbone relativement faible, la différence entre ce régime et le régime végétarien n’est pas si grande : les végétariens ont une empreinte de 1,39 tonne par an. Il convient de noter que la pêche a d’autres effets secondaires sur l’environnement (surpêche et perturbation des écosystèmes), mais en ce qui concerne spécifiquement le climat, le poisson n’est pas le mauvais élève !

Les végétariens soucieux du climat doivent néanmoins faire attention à leur consommation de produits laitiers. La différence entre un végétarien (sans viande ni poisson) et un végétalien (sans viande, poisson, produits laitiers ni œufs) est significative et peut vous faire passer de 1,39 à 1,05 tonne. Cela est dû au fait que les vaches laitières émettent des gaz à effet de serre, notamment du méthane.

A lire également  Comment réduire sa facture d'électricité ?

Jeter la nourriture est l’alternative la plus gaspilleuse

Dernier point, mais non le moindre : ne gaspillez pas. S’il vous arrive de cuisiner plus que vous ne voulez manger, mettez-le au réfrigérateur pour plus tard. Si une banane brunit, mettez-la dans un smoothie. La FAO a estimé qu’un énorme tiers de la nourriture produite est jetée le long de la chaîne alimentaire. Une grande partie de ce phénomène se produit avant que les aliments n’atteignent le consommateur, mais nous pouvons certainement veiller à ne pas contribuer à cet énorme gaspillage.

Ce sont les principaux éléments à garder à l’esprit pour rendre votre alimentation plus respectueuse du climat. Le transport est un autre facteur à prendre en considération, mais même ainsi, l’empreinte carbone de 100 g de protéines de tofu est de 2 kg, alors que celle de 100 g de protéines de bœuf est de 50 kg. Vous pouvez transporter ce tofu n’importe où dans le monde et ne jamais atteindre l’empreinte carbone du bœuf.

En guise de conclusion, nous constatons que l‘impact climatique d’un régime alimentaire moyen aux États-Unis est beaucoup plus élevé que celui d’un régime moyen en Inde. Outre les ingrédients, ces différences dépendent également de la taille des portions. Il va sans dire que personne ne devrait se coucher le ventre vide. Nous encourageons les régimes alimentaires sains et soulignons que les besoins caloriques varient considérablement d’une personne à l’autre.